PLANCHES numéro 08

Classé dans : PLANCHES | 0

08_Iris_teaser8

SEPTEMBRE 2016

 

Réalisée par Iris, la couverture de PLANCHES 08, dont le dessin se trouve en entier à l’intérieur de la revue, ouvre la porte à notre « nouvelle formule » : et oui, à partir de ce numéro, PLANCHES compte désormais 108 pages et non plus 72 !

Dans PLANCHES 08, retrouvez notamment une nouvelle inédite de Romain Renard issue de ses célèbres Chroniques de Melvile, le complément numérique de la trilogie Melvile dont deux tomes sont déja parus chez Le Lombard.

Vous pourrez également lire le BD reportage politique de Martin PM sur la course à la chefferie que Parti Québécois, une entrevue avec Michel Hellman sur les coulisses de sa bande dessinée Nunavik dans la rubrique Les dessous de la création, et la rubrique Relectures dans laquelle Eric Bouchard revisite Kaspar de l’auteure OBOM.

Enfin, ce numéro contient évidemment des chroniques : Cinéma par Julie Delporte, Science par Saturnome, Science politique par Anne-Laure Mahé et Sport & société par François Samson-Dunlop.

Bonne lecture !

PS : La bande sonore de PLANCHES 08 est à écouter ICI !

Martin Morin, rédacteur en chef, et Sandra Vilder, directrice générale de la revue PLANCHES

 

bouton_2V2
patern_boutonV3

 

 

 

 

Auteurs ayant participé au numéro 08

 

Iris a débuté par des bande dessinée plutôt introspectives et autobiographiques et s’est ensuite tournée vers la fiction. Elle aborde souvent les mêmes thèmes, avec humour (souvent noir) et dérision: le quotidien, la vie urbaine, les interactions sociales, l’amitié, l’amour… Elle fait également de l’illustration, notamment avec sa série inspirée de dessins médiévaux.

Autoportrait_Iris

Romain Renard : Diplômé de l’Institut Saint-Luc à Bruxelles, Romain Renard est auteur de bande dessinée, scénographe, graphiste et musicien. Il a travaillé à l’élaboration de jeux vidéos, il a conçu des spectacles avec Franco Dragone et Pascal Jacob et il est auteur-compositeur. Avec la série récompensée Melvile (bande dessinée, théâtre et nouvelles), il réalise une oeuvre forte.

Xavier Cadieux, après avoir endommagé la rate de tout le monde avec ses strips quotidiens, travaille chaque soir sur Les 500 premiers Cadieux, une épopée pour La mauvaise tête.

Cathon quitte la ville de Québec en 2010 pour s’installer à Montréal et faire un peu à reculons un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Depuis lors, elle se consacre à la bande dessinée et à l’illustration. Elle publie des albums jeunesses et des bandes dessinées chez Pow Pow, La Pastèque et Comme des géants. Elle aime aussi pêcher la truite.

autoportrait_cathon_planches_07

Eric Bouchard, l’une de nos meilleures plumes, est professeur de littérature au Cégep du Vieux Montréal, après avoir été libraire spécialisé en bandes dessinées pendant une douzaine d’années.

Noriko donne la parole à des versions miniatures d’elle qui s’entendent mal. Elle a inauguré le catalogue de La logique du calendrier avec son livre Il est l’heure d’aller nourrir les poules publié en 2016.

Catherine Bard : Biologiste de formation, Catherine Bard sautille allègrement dans la forêt mauricienne à la recherche de Pokémon et de bonnes histoires. Elle dessine des affaires, des choses, et aussi des patentes, qui se ramassent sur son blogue. Les calembours douteux sont une autre de ses spécialités.

Fundoux : Alexis Giroux, dit Fundoux, est un illustrateur originaire de Québec désormais établi à Montréal. Ses créations témoignent de son imaginaire étrange et psychédélique, dans lequel il s’engouffre et se perd parfois.

Bach est une illustratrice et bédéiste de Québec passionnée de souliers, de chat et de thé.

Francis Desharnais : Sa personnalité de Francis Desharnais se situe à l’exact croisement de celles d’Aquaman, de Jughead, du schtroumpf coquet et d’Onésime. À la fois dessinateur et scénariste, il aime créer en direct devant public, accompagné de musiciens, de comédiens, de chanteurs, de danseurs et même d’historiens.

Julie Delporte : Née à Saint-Malo en 1983, Julie emménage à Montréal en 2005. Elle est l’auteure du livre jeunesse Je suis un raton laveur, de Journal et de Je vois des antennes partout, salué par le Prix Expozine et CBC Books. Julie est librairie et céramiste, aime toujours les animaux, souvent les plantes, et parfois les humains.

Autoportrait_Julie_Delporte

Alexandre Fontaine-Rousseau est scénariste : il a écrit Pinkerton et Poulet grain-grain puis Les cousines vampires. Il travaille actuellement sur Le retour des cousines vampires ainsi que sur Les premiers aviateurs – une fresque historique sur l’espoir et l’échec créée en collaboration avec Francis Desharnais.

Martin PM : Curieux de nature, ce Montréalais s’intéresse à la recherche scientifique, aux luttes sociales et à la politique. Il se concentre sur la bande dessinée documentaire et de vulgarisation, qu’il considère comme un puissant médium alliant texte et image. Depuis 2014, il coordonne le collectif de bande dessinée Crémage.

Elisabeth Eudes-Pascal peint et illustre des livres d’enfants, des manuels scolaires, des romans graphiques, des magazines et des bande dessinée biographiques. Elle a longtemps vécu et travaillé avec des personnes marginalisées et bosse actuellement dans un atelier avec des artistes ayant une déficience intellectuelle.

François Samson-Dunlop : Pyromane maintes fois brûlé, casseur n’ayant jamais réellement cassé, on le pensait en garde à vue à perpétuité. Après avoir illustré et mis en scène Pinkerton et Poulet grain-grain, il participe aujourd’hui à la promotion d’un humour louche et subversif dans un petit café-théâtre d’Auvergne.

Autoportrait_F_S-Dunlop

Emmache : Native de Gatineau, Emmache vient de compléter son bac à l’ÉMI avec une majeure en bande dessinée. Elle tente maintenant d’exploiter son obsession pour les mauvais jeux de mots et les histoires naïves afin de devenir une grande auteure du 9e art. Si ça ne marche pas, elle se partira probablement un élevage de licornes chez ses parents.

Jipi Perreault est le bédéiste semi-voyant le plus célèbre du Québec (C’est le seul). Il a étudié la bande dessinée à l’UQO et a exprimé sa passion pour le genre du superhéros dans sa série autopubliée Fearless Man en 2012. Récemment, il a entrepris un projet d’album entièrement dédié à La Rose.

Autoportrait_Jipi_Perreault

Anne-Laure Mahé fait une thèse en science politique et procrastine en faisant de la vulgarisation en bande dessinée sur son blogue. À moins que ce ne soit l’inverse ?

Saturnome : Né un mardi, Saturnome a signé quelques albums de bande dessinée sous divers pseudos : Michel Rabagliati pour Paul à Québec, Sophie Bédard pour Glorieux Printemps Tome 2 et Hergé pour Astérix… Ses œuvres mineures se trouvent sur son blogue. Saturnome travaille principalement avec Simpsons Cartoon Studio (Windows 95).

Sophie-Anne Bélisle n’a pas été QUE commis de dépanneur… Aujourd’hui installée dans l’ouest du pays, elle a terminé une résidence à la Calgary Allied Arts Foundation lors de laquelle elle a pu continuer à peaufiner son talent à tenir une « chronique du banal », comme elle dit.

Mortis Ghost vit en Belgique, mais il adore le Québec. Il dessine actuellement une série de science-fiction en bande dessinée, Dr Cataclysm, et prépare un livre répertoriant les meilleurs ingrédients de Hot-dog. Il rêve parfois à des palmiers.

Autoportrait_Mortis_Ghost

Keenan Poloncsak : En plus d’être le créateur de SQUID-GEE et d’autres séries comme PRO-CAN, Keenan est auteur de livres pour enfants, illustrateur de dessins fins, tatoueur, relieur et producteur de films (gore underground). Il conçoit présentement un livre pour enfants en trois langues (inuktituk, français et anglais) à propos de visons dans le Nord québécois.

Vicky a découvert l’univers merveilleux de la bande dessinée il y a trois ans et s’est alors remise à dessiner. Elle entame sa deuxième année du bac en bande dessinée à l’Université du Québec en Outaouais et profite de chaque occasion pour s’investir dans tout projet qui lui tombe sous la main. Elle aime plein d’affaires, surtout son chien et les jujubes sans gélatine.

Simon Labelle s’est lassé des crayonnés qui s’effacent et de l’encre de chine qui tache; il est maintenant numérique à 100%. Entre deux Jaugins, il travaille sur un projet dansant et extatique. Il aime rappeler que Le Suicide de la Déesse (Mécanique générale) a remporté le Bédélys en 2011.

Laissez un commentaire