POLITIQUE : entrevue avec F. Samson-Dunlop et A. Fontaine Rousseau

Classé dans : PLANCHES | 0

Chaque numéro de PLANCHES regroupe des chroniques thématiques. Le concept est simple : nous avons demandé à des auteurs de bande dessinée de s’exprimer – toujours par le dessin – sur des sujets précis. En date du numéro 02, nous en avons 6, soit Politique, Histoire du Québec, histoires de l’Art, Science, Bouffe et Sexologie. Nous avons réalisé une série d’entrevues avec ces auteurs afin de vous permettre d’en apprendre un peu plus sur le rapport qu’ils entretiennent avec leur sujet. Ci-après, une entrevue POLITIQUE avec François Samson-Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau.


Peu de nos lecteurs savent à quel point vous êtes des auteurs engagés ; pouvez-vous nous décrire un peu d’où vient cet esprit critique dont vous nous graciez à chaque chronique, mais aussi dans la majorité de vos œuvres ?

Nous avons de la difficulté à répondre à cette question là par autre chose que l’éternelle formule : « tout est politique. » La création, les idées, les actes doivent être conséquents d’une même logique. Qu’on parle de brutalité policière ou qu’on fasse une remarque anodine sur la récurrence d’une banalité dans un film, tout ça s’inscrit finalement dans le même mouvement critique. Le politique va au-delà du simple cri d’une chronique de la révolte.Nous n’avons pas non plus envie de devenir des « auteurs politiques » qu’on range dans la petite boîte un peu trop exiguë des producteurs de pamphlets engagés. Mais quand nous lisons quelque chose qui nous enrage, deux choix s’offrent à nous : soit on s’étouffe dans notre écume abondante en marmonnant des insanités, parce que l’indécence de la situation dépasse l’entendement, soit on fait une bande dessinée dessus. Nous faisons cela pour survivre, au fond; ou par hygiène, peut-être.

Image1Articlepol
Illustrations tirées de la chronique Politique de François Samson Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau dans PLANCHES 04 (été 2015)

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus comme sous-thème de la politique en général ? Surtout du point de vue de sujet à traiter en bande dessinée (ou non).

Règle générale, on s’intéresse probablement plus au politique qu’à la politique. La politique, c’est généralement une blague de mauvais goût. Le politique, c’est quelque chose qu’il faut défendre et vers quoi il faut tendre. Des fois, ça implique qu’il faut parler de la politique – mais toujours avec cette idée qu’il se cache une idée plus noble derrière, dont la politique tend justement à s’écarter. C’est peut-être là qu’il y a matière à en faire une bande dessinée : dans ce décalage entre les deux.

Comment choisissez-vous les sujets traités dans vos chroniques ? Qu’est-ce qui vous pousse à choisir un événement plutôt qu’un autre ?

Ce sont des sujets qui nous intéressent tous les deux. On croit que ça vaut la peine d’en discuter. Si on parle d’un sujet, c’est d’abord et avant tout parce qu’on croit qu’il est pertinent. Mais c’est aussi une question d’inspiration, tout simplement. Les sujets sur lesquels nous serons portés à écrire sont ceux qui nous révoltent particulièrement profondément, notamment parce que la situation est tellement absurde que nous avons l’impression de ne plus vraiment avoir besoin de nous forcer pour la transformer en blague. Peut-être que nous sommes paresseux, que nous cherchons les blagues que la réalité a déjà écrite pour nous.

En bonus, François nous a envoyé le making of de la chronique Politique du numéro 04. On voit qu’il y a pas mal de chemin pour en arriver au résultat final !

IMG_7365

Rédaction
Suivre Rédaction:

PLANCHES est un organisme à but non lucratif dont la mission est de faire la promotion des auteurs de bande dessinée québécoise.

Rédaction
Articles récents de

Laissez un commentaire